Question d'actualité au Gouvernement sur le défi de modernisation du tourisme

Loi - Publié le 16 novembre 2021

Lors de la séance de questions au gouvernement du 9 novembre à l’Assemblée nationale, le député Jean-François Portarrieu a évoqué le sommet « Destination France » qui s’est tenu le 4 novembre et auquel a participé le chef de l’Etat.

Il a interrogé Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du tourisme sur les axes de relance du tourisme français pour en renforcer la compétitivité en sortie de crise et pour les années à venir.

La question de Jean-François Portarrieu :

« Monsieur le secrétaire d’État chargé du tourisme, vous avez participé la semaine dernière, aux côtés du chef de l’État, au sommet « Destination France », qui a réuni à Paris une cinquantaine d’acteurs du tourisme international. Première destination touristique mondiale avant la crise sanitaire, avec un record de 90 millions de visiteurs étrangers, notre pays a enregistré en 2020 une vertigineuse chute, en tombant à 40 millions. Avant la pandémie, le secteur du tourisme représentait 7,4 % du PIB et employait 9,5 % des effectifs salariés. Les 35 000 entreprises du secteur ont été parmi les principales affectées ; un grand nombre se trouve encore dans une situation fragile. Dans un contexte toujours incertain, vous travaillez à la définition d’un plan de reconquête, en soulignant avoir retrouvé 50 millions de visiteurs étrangers dès cette année. Je sais que vous comptez faire mieux l’an prochain, et même dès cet hiver dans les stations de ski, comme l’a annoncé le Premier ministre. Si on ne peut que saluer cette ambition et les efforts exceptionnels de l’État dans l’accompagnement du secteur pendant la crise sanitaire, elle soulève néanmoins plusieurs questions. Nos atouts traditionnels, patrimoniaux et culturels restent-ils assez attractifs, alors que la crise a accéléré les transformations de l’offre, en mettant en avant un tourisme plus responsable et moins passif ? Dans un secteur déjà fortement digitalisé, faut-il renforcer encore le passage au numérique ? Comment développer un tourisme plus qualitatif en accompagnant, par exemple, la montée en gamme de l’hôtellerie et de la restauration ? En bref, comment allez-vous relever le défi de modernisation de la destination France pour espérer rester sur le podium mondial dans les prochaines années ? »

La réponse de Jean-Baptiste Lemoyne :

« Le Président de la République et le Premier ministre ont clairement érigé le tourisme en priorité nationale. Cela signifie, dans un premier temps, un soutien à hauteur de 38 milliards d’euros pour faire face à la crise et à ses effets. Avant de penser à l’avenir du tourisme, il était nécessaire d’être présent pendant la crise. Le sommet « Destination France » a été ouvert par le Président de la République, qui a reçu les acteurs du tourisme national et international : c’était une première, et mon petit doigt me dit que ce n’était peut-être pas une dernière ! Après le soutien dans l’urgence, il faut travailler à la relance. Après un été indien et des vacances de la Toussaint qui se sont très bien déroulées – les statistiques de fréquentation ont été très bonnes –, cap sur la saison d’hiver, naturellement, avec l’augmentation des budgets de promotion pour valoriser la montagne française. Samedi dernier, en Haute-Savoie, le Premier ministre a fixé les modalités qui permettront de vivre une belle saison. Le président Castaner et tous les élus de la montagne y sont attachés. Après le très court terme, il y a la reconquête, à moyen et long terme. Elle passe par le plan de reconquête du tourisme auquel nous travaillons avec les acteurs du secteur et que le Premier ministre présentera d’ici à la fin du mois de novembre, pour attirer toujours plus et fidéliser dans ces métiers si importants ; pour s’emparer de la dimension digitale, au profit des acteurs nationaux, en faisant en sorte que les activités de loisirs soient plus visibles et mieux mises en valeur. Cela passe aussi par des efforts en matière d’investissements : nous voulons retrouver plus que les niveaux d’avant la crise. Nous avons sauvé le tourisme tricolore et nous souhaitons maintenant le faire rebondir vite et fort. »

Par Marie-Pierre Bazin

Revue 363 - Novembre - Décembre 2021

Tous les deux mois, recevez l'édition papier de la revue Espaces, livrée directement chez vous.

Contactez Jean-Baptiste Tréboul par mail ou
par téléphone 01 43 27 55 90

S'abonner à la revue Espaces

Pourquoi s'abonner ?
  • - Recevez six numéros de la revue par an (édition papier 130 p.), composée de deux grands dossiers et plusieurs rubriques (marché, géopolitique, rencontre, recherche).
  • - Consultez et partager les dernières revues au format PDF (en téléchargement dès la sortie de la revue papier).
  • - Télécharger les hors-séries (8 par an) et les articles de la nouvelle revue #Théma, en plus de la revue bimestrielle (plus de 30 articles par an).
  • - Accédez à l'intégralité de la base de données éditoriale de la revue Espaces pour vous et vos collaborateurs (6200 articles et dossiers en PDF à télécharger).
S'abonner

S'inscrire à la newsletter

Trois fois par semaine, recevez la newsletter d'Espaces et faites le point sur les actualités du secteur, les dernières analyses et tendances à connaître, les offres d'emploi et de stage à ne pas manquer, les annonces de marchés publics à consulter…

S'inscrire

Publier une annonce de marchés publics

Le site Marché Espaces publie 150 annonces par an de marché public depuis plus de 10 ans.

Publier

Publier une offre d'emploi

Le site Emploi Espaces est le premier site de publication d'annonces d'offres d'emploi spécialisées tourisme.

Publier

Rester connecté

LinkedIn
Twitter

Publier un article

Vous souhaitez devenir auteur, publier un article dans la revue Espaces, apporter une contribution ?

Contactez Jean-Baptiste Tréboul par mail ou par
téléphone 01 43 27 55 90

Besoin d'aide ?

En cas de difficulté, de question, n'hésitez pas à contacter Christophe.

Envoyer un mail à Christophe