Favoris (Veuillez vous connecter)

Spécialisation touristique et vulnérabilité

Réalités et enjeux pour le développement soutenable des petits territoires insulaires


Harmattan (L') - coll. Tourismes et sociétés
Janvier 2016 - 370 pages - 38.00€ (papier)
ISBN : 978-2343076393

Un large consensus émerge dans la littérature à propos de la vulnérabilité structurelle économique et environnementale forte des petits espaces insulaires. Cette vulnérabilité découle de multiples handicaps majeurs, à la fois géographiques (petite taille, isolement, enclavement, exposition à des chocs exogènes, écosystèmes fragiles, …), historiques (forte dépendance par rapport à l’extérieur, liens étroits avec les anciennes puissances coloniales, …), sociaux (intensité faible et volatilité forte du capital humain, insécurité, …) et structurels (un manque d’économies d’échelle, étroitesse des marchés locaux, faible diversification des activités économiques, coûts de transaction élevés, …).
Ces limites, conjuguées au phénomène d’érosion des préférences commerciales résultant du processus de libéralisation multilatérale, rendent improbable toute stratégie de développement basée sur l’industrialisation. Très tôt, le tourisme est apparu comme la solution la plus pertinente pour instaurer une croissance dynamique et permettre un développement soutenable des petits espaces insulaires. Parmi les arguments les plus percutants, l’on trouve des possibilités d’embauche pour les travailleurs peu qualifiés, un avantage comparatif certain dans ce domaine (des handicaps de départ, comme l’isolement, la distance et l’insularité, peuvent constituer en définitive des atouts), et les bonnes perspectives de croissance économique au niveau mondial dans ce secteur. Par ailleurs, les études empiriques ont fait apparaître un lien positif significatif entre les recettes touristiques et la croissance du PIB pour les petites économies insulaires touristiques, suggérant que la stratégie délibérée de la spécialisation touristique encourage la construction d’une capacité de résilience.
Toutefois, la spécialisation touristique révèle également certains signes d’instabilité et de vulnérabilité, lesquels affectent le développement soutenable pour ces petits territoires à moyen et long terme. Premièrement, l’activité génère des fuites à la fois internes, externes et invisibles qui réduisent les retombées financières pour le territoire. Deuxièmement, nombre de crises et de menaces imprévisibles peuvent impacter la soutenabilité du secteur dans le cadre spécifique des petites économies insulaires. Troisièmement, la mondialisation a rendu la demande touristique mondiale de plus en plus volatile, ce qui impose aux destinations touristiques d’adapter en permanence leur attractivité territoriale pour faire face à une concurrence accrue : la construction de cette capacité d’adaptation ne pouvant se concevoir sans le regroupement de l’ensemble des parties prenantes des milieux socio-économiques et culturels locaux autour d’une ambition commune. Dernièrement, l’activité touristique, elle-même, peut être à l’origine de sa propre destruction. En effet, le tourisme porte souvent atteinte à l’environnement naturel et culturel du pays hôte. Le succès d’une destination peut conduire à son propre déclin quand le comportement et le nombre de touristes perturbent l’équilibre écologique et culturel pourtant à la base de son avantage comparatif.
Par conséquent, l’examen en profondeur des liens existant entre la spécialisation touristique et la vulnérabilité s’avère crucial. De manière plus précise, « la stratégie touristique pourrait-elle être un facteur de développement durable pour les petites économies insulaires ? ». L’objectif de cet ouvrage collectif, qui se veut pluridisciplinaire, est précisément d’apporter des éléments de réponse à la fois analytique, empirique et politique à cette question fondamentale.

Au sommaire

1. Évaluer la fragilité dans le cadre des petites économies insulaires
2. La spécialisation touristique comme vecteur de croissance économique et de cohésion sociale
3. La spécialisation touristique, un danger potentiel pour le développement durable
4. Développement touristique et politique économique : le rôle des politiques publiques
5. Développement touristique et politique économique : le rôle de la coopération régionale

Auteur(s) (à la date de publication). Jean-François Hoarau est maître de conférences HDR (et qualifié aux fonctions de professeur des universités) à l’Université de La Réunion. Membre et directeur adjoint du Centre d’Economie et de Management de l’Océan Indien (CEMOI), il est spécialisé en macroéconomie internationale. Ses travaux récents se sont focalisés principalement sur les problématiques de développement pour les petites économies ouvertes (taux de change, IDE, vulnérabilité, résilience, …) avec une attention particulière accordée au monde insulaire.

Liens et Tags

Suggestions bibliographiques, sur le même thème

Commentaires

Pour apporter un commentaire, vous devez être connecté(e) à votre compte utilisateur.

Mon compte utilisateur

Vous n'êtes pas connecté
Veuillez cliquer ici pour vous identifier ou créer votre compte (gratuit)

Restez informé(e)

Chaque lundi recevez la Semaine d'Espaces : les nouveautés de la librairie, les offres d'emploi et de stage, les marchés publics, l'agenda du mois...
En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir chaque semaine notre newsletter.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en modifiant vos paramètres sur votre compte et à travers les liens de désinscription.

ABONNEZ-VOUS à la revue ESPACES !
INCLUS : l'accès quasi illimité à l'ensemble de la BASE DE DONNÉES (4 700 articles, cahiers et dossiers thématiques en PDF..)

Ma navigation