Favoris (Veuillez vous connecter)

[ARTICLE] Le cheval réinventé par la société des loisirs en Occident : une mythologie révolutionnée ? (XVIIIe-XXIe siècle)

The horse reinvented by Western leisure society : is it a revolutionized mythology? (18th-21ST centuries)

Résumé. Le cheval marque l’histoire occidentale depuis l’Antiquité jusqu’à l’aube de l’époque contemporaine par l’intermédiaire d’une symbolique élitiste : il est le compagnon des classes dominantes, prolongation du corps élégant et armé de la noblesse. Néanmoins, la révolution sociale qui embrase l’Europe au soir du XVIIIe siècle, renforcée par la révolution industrielle du XIXe, va bouleverser cette mythologie ancestrale. Alors que les prouesses technologiques rendent progressivement obsolètes les forces motrices équines, la civilisation des loisirs émergente dans un monde devenant urbain réinvente son utilisation et ses représentations à travers le prisme des arts.
Quels furent les processus d’une telle évolution en Occident ? Peut-on parler d’une révolution silencieuse, accompagnée et accompagnant la transformation des pratiques, qui renverserait plus de 2 000 ans d’allégories masculines et guerrières du cheval, au profit de symboles plus féminins ? La perception du cheval fait-elle plus largement écho à la réinvention du rapport contemporain à la nature, dans une société affranchie des relations vivrières à la terre ? Illustre-t-elle, enfin, par le biais de phénomènes de féminisation et de juvénilisation la reconsidération des places et projections sociétales du genre et de l’enfant, notamment celle portée par les arts ?

Abstract. The horse has dominated Western history from ancient times through to the dawn of the modern era as an elitist symbol: it has been the companion of the ruling classes, an extension of the nobility’s elegant and armed bodies. Nevertheless, the social revolution that engulfed Europe at the end of the 18th century, reinforced by the industrial revolution of the 19th, was to shake this ancient mythology. While technological prowess made equine energy progressively obsolete, the emerging leisure market – in a world becoming increasingly urban – revitalized its use and its image in the world of the arts. What were the processes allowing such a development in the West? Can we speak about a silent revolution, accompanying and accompanied by a change of activities, which would transform 2,000 years of masculine and warrior allegories linked to the horse into more feminine symbols? Is the perception of the horse more widely echoed in the reinvention of our contemporary relationship
with nature, in a society freed from the idea that the earth is there only to provide food? Does this perception at last show, through the phenomena of feminization and increasing youthfulness, a reconsideration of the place and role in society of gender and of children, primarily driven by the arts?

Auteur(s) (à la date de publication). SYLVINE PICKEL-CHEVALIER est Maître de conférences, géographe, Esthua, Université d’Angers
GWENAËLLE GREFE est Maître de conférences, gestionnaire, Esthua, Université d’Angers

Liens et Tags

Suggestions d'articles, sur le même thème

Commentaires

Pour apporter un commentaire, vous devez être connecté(e) à votre compte utilisateur.

Mon compte utilisateur

Vous n'êtes pas connecté
Veuillez cliquer ici pour vous identifier ou créer votre compte (gratuit)
1000 raisons de croire à un tourisme responsable, positif et joyeux

Inscription à la newsletter

Chaque lundi et vendredi, recevez la Newsletter d'Espaces : actualités, analyses, tendances du secteur du tourisme, offres d'emploi et de stage, annonces de marchés publics, événements...
En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir chaque semaine notre newsletter.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en modifiant vos paramètres sur votre compte et à travers les liens de désinscription.

Ma navigation